Sélectionner une page

Merci à toi patient débile et incompris , tu m as sauvé la vie lorsque j avais 3 ans , tu étais là pour me protéger de ce monstrueux taureau qui était devant moi . Je me souviens de ces étranges créatures mi homme mi bêtes hurlant derrières les enceintes de l abbaye de Prémontré , je circulais avec mon petit vélo ,allant de bâtiment en bâtiment tous aussi inquiétant les uns des autres, essayant de comprendre pourquoi ces gens étaient enfermés de la sorte. Certes ceux que l’on apercevait dans la cour entourée de grandes grilles paraissaient monstrueux , hurlant parfois leur douleur ou peut être la perte de leur corps…êtres sans forme, avec un regard si particulier , un regard de sang et de glace mais malgré cela ils me fascinaient…

Je n ai jamais eu peur de leurs différences,  j ai grandi avec eux dans ce grand centre psychiatrique ou patients, personnels médical et habitants cohabitaient pour le meilleur comme pour le pire.

À toi Joseph, qui fut mon premier dessin et que tu as gardé toute ta vie sous ton béret.

À toi maîtresse qui m’a giflé pour le dessin que j avais fait en classe

À toi la vie, par mes toiles je suis…

I thank you misunderstood lunatic, you have saved my life when I was three years old. You were there to protect me from this monstrous bull standing in front of me. I can remember those strange creatures half human, half beast screaming behind the walls of Prémontré Abbey. I rode on my small bike from me building to another, all of them so disturbing, trying to understand why they were locked up in such a way. Of course, those we could see in the yard surrounded by a metal gate looked so scary, sometimes yelling out their pain or perhups the loss of their body… Shapeless beings with such an old look, bloody and icy look. In sprite of that I was fascinated by them.

Their differences have never frightened me, I grew up among them in this big asylum where patients, medical staff, inhabitants lived together for better or for worse.

To you Joseph, I gave you my first drawing and you kept it for all the rest of your life under your beret.

To you schoolmistress, who smacked my face for the drawing I did in class.

 

Bonne visite.  Enjoy your visit